Cinéma Anarchiste







Dans le sillage du mouvement de révolte sociale qui contamina la société à la fin des années soixante, les années septante ont vu se développer, à côté d'une importante production médiatique militantiste, une veine de films clairement anarchistes et contestataires. Si ce genre d'oeuvres n'est pas exclusivement attaché à cette période, on peut toutefois affirmer que, durant ces années-là, le phénomène était relativement massif. En Belgique comme ailleurs. A titre d'hommage à cette production marginale, le ciné-club Nickelodéon propose ce mercredi 3 mars une petite sélection de films anarchistes belges, avec un focus sur l'oeuvre de Philippe Simon.
Documentariste belge réputé pour ses opinions libertaires, Philippe Simon éprouve une passion pour les civilisations traditionnelles vivant en autarcie, repliées du monde moderne. Il est notamment l'auteur d'une trilogie pamphlétaire (
Tu peux crever, 1970; Flinguez-moi tout ça, 1973; On est tout seul dans son cercueil, 1975) rarement projetée.
La programmation est complétée par le dernier court métrage de Noël Godin dans lequel l'entarteur dresse un rapide panorama de la littérature
anarchiste, un court métrage de Jules Celma qui fait largement écho aux propos énoncés dans Tu peux crever, et enfin un film de Robert Dehoux aux accents situationnistes, scénarisé par Philippe Simon et interprété entre autres par Noël Godin...

"Prenons nos cliques, prenons nos claques, boutons le feu à la baraque !", de Noël Godin (2008, BEL, 6')
Avec l'humour sarcastique qui lui est propre, Noël Godin revient sur quelques ouvrages phares de la littérature
anarchistecontemporaine.

"Tu peux crever", de Philippe Simon (1970, BEL, 21')
Sur fond d'images fixes subversives et/ou détournées, la voix-off de Philippe Simon incite la jeunesse au renversement radical du système sociétal en place. Elle l'exhorte à rejeter l'économie marchande, l'éducation, l'enseignement ainsi que toute forme d'autorité castratrice au nom de la liberté totale de l'individu.

"On est tout seul dans son cercueil", de Philippe Simon (1975, BEL, 77')
Travail de fin d'études à l'INSAS,
On est tout seul dans son cercueil est un faux documentaire satirique dans lequel Philippe Simon exprimer son profond dégoût pour le système de production cinématographique, mercantile et inepte. Un long métrage cinglant et fort, tristement méconnu, à découvrir absolument.

"L'Ecole est finie (Crève, salope)", de Jules Celma (1975, FR, 7')
Ce film s'adresse particulièrement aux ratés, aux timides, aux obsédés, à tous les électeurs, à tous les militants, à tous les dégénérés, artistes, cultivistes et marchands, à tous les animateurs, professeurs, instituteurs et autres emmerdeurs, à tous ceux qui ont honte de se masturber, à Monsieur le Ministre de l'Éducastrons nationale, aux pédachiottes, à maman. (Jules Celma)

"Le Zizi sous clôture inaugure la culture", de Robert Dehoux et Yaki Knuysen (1998, BEL, 12')
Avec un humour dévastateur et un goût décapant pour le burlesque, Robert Dehoux décortique les rouages de cette invraisemblable machine à fabriquer de l'homme domestique, montrant ce que tout bébé doit subir d'odieux et de ridicule dès le berceau pour devenir un homme ensapé et soumis. Alliant la dérision au vitriol, Dehoux stigmatise les valeurs de la civilisation comme autant d'expressions d'une même aliénation qu'il refuse et rejette en bloc. (Philippe Simon)


Entrée : 4€
Carte de membre obligatoire : gratuite

Aucun commentaire:

Publier un commentaire